Café Moka d'Ethiopie:
Le berceau du café

Partons à la découverte d'un des plus grands pays producteurs de café: L'Ethiopie et ses "cafés Moka"

Berceau du café, l'Ethiopie est avant tout connu pour ses Arabicas aux qualités aromatiques exceptionnelles. Découvrons d'un peu plus près la légende du café Moka, avant d'aborder ce que représente le café dans l'économie du pays, et enfin se pencher sur les zones de production du pays.

Un peu d'histoire...

Si nous ne sommes pas certains de la manière dont la café a été découvert, c’est à l’Éthiopie que l’on accorde son origine.

Une légende parle d’un berger d’Abyssine, une région d’Éthiopie. Dans cette histoire, le berger Kaldi, a remarqué que trois de ses chèvres nommées Abol, Tona et Braka étaient fortement agitées après avoir mangé des cerises d’un caféier. En découvrant les effets excitants du café, la culture du café et son usage sera alors diffusé par des moines lors de cérémonies religieuses, profitant des vertus tonifiantes pour se maintenir éveillés lors de leurs longs offices. Selon les écrits, cette légende prend place au cours du VIII siècle. Bien que sa découverte reste floue, sa propagation prendra une ampleur mondiale au XV siècle. Il est distribué au travers des mers, par des bateaux. Les navires partent alors d’un port situé au Yémen. Ce port, donnera son nom au café d’origine éthiopienne, le port de Mocha. Aujourd’hui grammaticalement dérivé en café Moka.

Le café MOKA dans l'économie 

De sa découverte à nos jours, le café prend une place importante dans l’économie éthiopienne.
Aujourd’hui, l’Éthiopie est le 5ème plus gros producteur de café au monde. Il se trouve derrière le Brésil, le Vietnam, l’Indonésie et la Colombie.
Grâce à ses 400.000 hectares dédiés à la culture du café, l’Éthiopie en exporte 172 000 tonnes/an (60 % de sa production), et se trouve à la 10ème place mondiale des plus gros exportateur de café.

Les 4 principales régions de production

Dans le Sud de l’Éthiopie, la région de Sidamo nous offre des cafés fruités grâce au Moka Sidamo ainsi qu’au Moka Yhracheffe, un café fruité et floral.

La région de Sidamo représente à elle seule 14 % de la production du pays. Avec des cafés séchés naturellement au soleil à 1885 mètres d’altitude, on retrouve la région de Harrar dans la partie orientale du pays. Cette zone
nous offre des cafés avec des notes de sous-bois et de fruits mûrs grâce au Moka Harrar. Elle constitue 19 % de la production du pays.
La région de Kaffa au Sud-Ouest propose elle aussi un café floral et fruité avec le Moka Limu.
Pour un café aux notes d’agrumes et de fruits jaune, il faudra s’orienter vers le Moka Jimma et ses saveurs de pamplemousses et d’ananas. La région de Kaffa produit plus d’un quart des cafés de l’Éthiopie avec 27 %.
A plus de 2400 mètres d’altitude, on retrouve les caféiers de la région de Walläga. C’est de cette zone que provient le Moka Gidaamii, un café naturellement sucré grâce à la rareté de l’oxygène de cette région. Plus grosse zone productrice de café du pays, elle détient 40 % de la production d’Éthiopie.

Plus qu’un simple produit commercial, le café est donc un héritage culturel en l’Éthiopie. Tout d’abord, eux aussi en sont consommateurs, en certifie ces chiffres apportés par l’organisation internationale ducafé (ICO) : en 2015, 127 000 tonnes de fève de cafés ont été consommé en Éthiopie. Cela représente le quart des ventes de café dans la zone Moyen-Orient et Afrique. Outre sa consommation journalière, le café s’offre une cérémonie en sonhonneur, la Jebena Buna.

Mère du café, et perpétuel représentant de la boisson, dans sa production et dans son héritage culturel, nul ne peut remettre en doute, que l’Éthiopie est un pays du café.

Retour